Message du Président novembre — décembre 2007 : Les jeunes élèves et le Taekwon-Do ITF


Les jeunes et le Taekwon-Do ITF

Les jeunes élèves – enfants, préadolescents et adolescents — représentent une clientèle extrême importante pour nos écoles de Taekwon-Do. En fait, les jeunes représentent l’avenir du Taekwon-Do ITF.

Le Taekwon-Do est une façon saine de dépenser l’énergie que nos enfants ont à revendre. En fait, une grande partie de nos élèves ont commencé le Taekwon-Do comme activité physique. Pour ceux qui s’intéressent aux sports de combat, le Taekwon-Do a un bon produit à offrir… mais aussi beaucoup plus. Nous encourageons nos élèves à étudier et à cultiver le credo du Taekwon-Do : courtoisie, intégrité, persévérance, contrôle de soi et courage. Nos élèves devraient aussi apprendre l’importance de développer le Taekwon-Do sous ses quatre facettes : comme sport, comme art martial, comme mode de vie et comme outil de développement social.

Quand je fais passer des examens ou que je dirige une activité avec des jeunes, j’essaye de toujours garder un peu de temps pour parler aux groupes d’enfants et d’adolescents. Je pose habituellement les deux mêmes questions :

La première question est « Pourquoi aimez-vous faire du Taekwon-Do? » La réponse la plus populaire chez les enfants est qu’ils aiment le combat libre et les formes, et qu’ils veulent devenir des ceintures noires. Les adolescents mentionnent souvent qu’ils aiment la discipline et que le Taekwon-Do les aide au niveau de la concentration. Il est intéressant que les adolescents-garçons soient de plus en plus consciencieux de leur condition physique, alors que les adolescentes souhaitent davantage apprendre des techniques d’autodéfense.

La deuxième question est « Pourquoi avez-vous commencé le Taekwon-Do? » La plupart du temps, les enfants affirment que c’est parce que leurs parents les ont inscrits ou parce qu’ils avaient un frère ou un ami qui en faisait. Parfois, la réponse est simplement parce que le Taekwon-Do est amusant. Plusieurs jeunes élèves sont particulièrement intéressés par l’aspect compétitif du Taekwon-Do. Cela veut dire qu’ils sont prêts à investir beaucoup de temps à la l’entraînement et qu’ils sont très attirés par la possibilité de voyager et de rencontrer de nouveaux amis. En juin dernier, des centaines de jeunes de partout dans le monde ont participé au Championnat du monde, et ils ont beaucoup apprécié toutes les activités qui ont été organisées pour eux.

Les parents et les instructeurs savent que les jeunes élèves sont très fiers des habiletés qu’ils développent. Ils travaillent très fort pour obtenir leur ceinture noire et en même temps, ils s’amusent. Les parents et les instructeurs savent aussi que les principes et les valeurs apprises en pratiquant le Taekwon-Do seront utiles aux jeunes tout autant à l’école que lorsqu’ils atteindront l’âge adulte.


Les bienfaits du Taekwon-Do chez les jeunes

Les experts nous fournissent plusieurs raisons pour inciter nos jeunes à s’investir dans un art martial comme le Taekwon-Do ITF ou toute autre activité physique organisée. Ils peuvent apprendre à mieux se connaître, à forger leur caractère et à devenir des leaders. Les élèves apprennent aussi l’importance de mener un mode de vie sain afin de réduire les risques de problèmes de santé.

Les bénéfices de la pratique du Taekwon-Do chez les jeunes enfants incluent également des améliorations au niveau de l’écoute, de la dynamique de groupe et du respect des autres. Tous les élèves doivent mémoriser le serment de l’adepte et le réciter à chaque entraînement. Les instructeurs doivent s’assurer que les élèves comprennent bien la signification du serment, en particulier ce que veut dire « bâtire un monde plus pacifique ». Bien entendu, les explications doivent être adaptées selon les groupes d’âge.

Nous entendons souvent dire que la participation d’un sport organisé aide les jeunes élèves à développer une attitude positive et à comprendre l’importance de l’honnêteté et de l’esprit sportif. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas. Cela dépend beaucoup de l’organisation et des instructeurs. Enseigner au jeune représente une responsabilité énorme.


L’élite

J’ai toujours dit que tout le monde devrait pouvoir pratiquer le Taekwon-Do. Cependant, pour faire parti de l’élite des compétiteurs, il faut plus que de la volonté. Pour devenir un champion, l’élève a besoin de beaucoup de talent et d’un excellent coach. Par mon expérience personnelle, je crois que tous les clubs devraient avoir un programme de détection de talents. Par exemple, j’ai ajouté une case spéciale sur mes feuilles d’examen, et je la cochais quand un élève me surprenait par ses qualités techniques.

Il s’agit d’une excellente façon de détecter les compétiteurs potentiels, étant donné que l’examinateur est souvent la personne la mieux qualifiée pour déterminer si un élève a un talent naturel hors de l’ordinaire. En général, les parents ne connaissent pas assez le Taekwon-Do pour savoir que leur enfant a ce potentiel. Même les instructeurs ne sont pas toujours qualifiés pour cette tâche. D’une part, ils doivent porter une attention égale à tous les élèves, et d’autre part ils n’ont pas tous beaucoup d’expérience en compétition.

J’ai entraîné plusieurs compétiteurs faisant parti de l’élite mondiale – même quelques champions du monde – et je les ai repérés de cette façon. Vous devez rechercher activement les perles rares. Avoir une équipe d’élite compétitive apporte plusieurs bénéfices à votre club. Vos membres seront fiers de participer au succès de l’équipe comme partenaires d’entraînement et les instructeurs seront aussi très fiers de leur travail. De plus, une telle équipe fait de l’excellente publicité pour votre club.


La sécurité en compétition

L’ITF a à cœur la sécurité de ses athlètes et de ses membres. Même si d’autres arts martiaux permettent la mise hors de combat, l’ITF ne permet que le contact léger.

Il est important de comprendre que les règlements de compétitions officiels de l’ITF sont destinés aux compétitions d´envergure internationales, donc principalement pour les ceintures noires. Plusieurs pays adaptent les règlements lors de compétitions locales et nationales. Par exemple, au Québec (Canada), le contact au visage est interdit pour les enfants et pour toutes les ceintures de couleur.

La philosophie de l’ITF se reflète dans les règlements de compétition, et c’est pourquoi la violence n’est pas tolérée. Ainsi, nous encourageons plutôt les jeunes compétiteurs à développer les bonnes techniques et surtout, un excellent contrôle.


Enseigner le Do aux jeunes élèves

Si le Taekwon-Do n’était qu’un sport de combat, les jeunes n’en retireraient qu’une meilleure forme physique et la possibilité de faire de la compétition. Le Taekwon-Do étant avant tout un art martial, il vise le développement et le surpassement de soi, plutôt qu’uniquement la comparaison avec les autres. En gardant les enfants centrés sur ces deux objectifs, nous leur offrons de bonnes conditions pour les aider à devenir plus forts mentalement.

C’est là que Taekwon-Do a un grand avantage puisqu’il s’agit plus que d’un sport. Il est basé sur une philosophie – le Do – qui préconise les valeurs fondamentales, et a pour but un monde meilleur et pacifique.

Les professeurs de Taekwon-Do ITF sont encouragés à mettre plus d’emphase sur l’enseignement du Do et d’en appliquer les principes dans leurs cours comme dans leur vie de tous les jours. Il est surtout très important d’enseigner aux enfants les raisons des comportements que nous leur encourageons à adopter.

Mais l’enseignement du Do ne se limite pas à l’enseignement de comportements jugés moraux. Il s’agit aussi d’encourager les élèves à développer les attitudes positives véhiculées par le credo du Taekwon-Do : courtoisie, intégrité, persévérance, contrôle de soi et courage.

Par exemple : comment devrait réagir un professeur si un de ses élèves échoue un examen ou perd en compétition? J’ai remarqué que certains professeurs essayent de réconforter leur élève en leur disant de ne pas s’en faire, que tout va bien aller. Les professeurs veulent aider, et il se peut que l’élève se sente mieux pendant un certain temps. Mais il doit faire plus s’il veut aider l’élève à apporter les correctifs nécessaires pour réussir la prochaine fois.

Pour assister les instructeurs dans l’enseignement du Do, l’ITF travaille depuis quatre ans avec des spécialistes pour développer le Programme de base pour l’enseignement du Do. Ce programme sera disponible en 2008.

Retournons à l’exemple de l’élève qui a échoué son examen : que devrait faire le professeur? En suivant le programme,

  • Le professeur identifie la persévérance comme élément du Credo qui pourra aider l’élève à atteindre son objectif.
  • Le professeur aidera son élève à comprendre ce qu’est la persévérance et ce que veulent dire persévérer après un échec, à identifier les bénéfices que lui procurera la persévérance. Ils regarderont donc ensemble comment ils peuvent faire preuve de persévérance à la maison, à l’école et bien sûr, en Taekwon-Do.
  • Le professeur encouragera son élève à user de différentes stratégies pour améliorer sa persévérance. J’inclus dans ces stratégies cultiver une attitude positive, s’engager formellement à s’améliorer, se fixer des objectifs et à établir un plan d’action pour atteindre ces objectifs.

La même approche s’applique aux autres éléments du Credo, lesquels sont tous interreliés.

La pratique du Taekwon-Do enseigne aux jeunes élèves à travailler pour atteindre leur but, comme maîtriser une technique ou participer à une compétition. En fixant des objectifs réalistes et en aidant nos jeunes élèves à les atteindre, nous leur enseignons que le succès et le fruit du travail et du dévouement. Plusieurs expériences démontent que le succès en Taekwon-Do découle souvent sur d’autres aspects de leur vie, en particulier dans les études.


Adaptez vos techniques d’enseignement pour vos groupes de jeunes

L’enseignement du Taekwon-Do, en particulier du Do, doit être adapté selon l’âge des élèves. Par exemple, même les plus jeunes peuvent apprendre à réfléchir avant d’agir et à prendre une décision selon des principes de base, en commentant avec l’honnêteté et le respect des autres. En même temps, ils apprendront également l’importance du contrôle de soi.

Les instructeurs d’expérience savent que les jeunes enfants assimilent mieux en voyant une démonstration d’une technique plutôt qu’en leur expliquant seulement avec des mots.


Photo courtoisie de NTN Trondheim Taekwon-Do Klubb

Pour les jeunes enfants ::

Il est important que les parents se demandent :

  • Est-ce que mon enfant est prêt?
  • Est-il prêt à écouter et à apprendre ce qui est enseigné?
  • A-t-il les habiletés motrices nécessaires?

Quand une activité n’est pas appropriée pour l’état du développement mental et physique d’un enfant, les résultats seront frustrants et décourageants pour l’enfant. Ce n’est pas ce que nous voulons pour nos jeunes enfants.

Ce ne sont pas tous les enfants qui sont prêts au même âge, c’est donc aux parents de déterminer quel est le bon moment pour commencer la pratique du Taekwon-Do.

Les enfants ont généralement une durée de concentration très courte, les cours devraient donc être constitués de courtes périodes d’enseignement et de longues périodes d’activités organisées et planifiées par l’instructeur pour permettre aux enfants d’appliquer les techniques apprises. Il est primordial que ce soit plus que des périodes de jeux. Les professeurs doivent insister sur le lien entre l’activité et les notions apprises.

Dans la tradition des arts martiaux, les instructeurs essayent de corriger ce que leurs élèves font mal. Nous devrions utiliser une approche plus positive pour ne pas décourager nos jeunes. Afin de les motiver, nous devons les encourager en faisant ressortir ce qu’ils font bien, ce qu’ils pourraient améliorer et en les aidant à trouver des moyens pour le faire.


Impliquez la famille et l’école des élèves

Afin d’obtenir les meilleurs résultats, les cours devraient être adaptés à l’âge et aux habilitées des élèves, et ils devraient répondent à leurs besoins.

Comme je l’ai mentionné dans un message précédent, c’est une bonne idée de permettre aux parents et aux enfants de suivre les mêmes cours. Cependant, il faut éventuellement les séparer, car leurs besoins et leurs capacités deviennent rapidement différents.

Les instructeurs devraient essayer de travailler de pair avec le système d’éducation. Idéalement, le dojang, la famille et l’école devraient tous travailler ensemble pour éduquer nos jeunes. De cette façon, les principes de la philosophie du Taekwon-Do peuvent être intégrés dans la vie de tous les jours de l’enfant, à l’école comme à la maison et partout ailleurs.

Le cercle d’entraînement illustre plusieurs types de cours (les cercles rouges sur l’anneau extérieur) avec ce que nous y enseignons (comme les formes et le combat) dans le cercle plus au milieu. Le Do a été placé au centre, car il devrait être incorporé dans tous les aspects de l’enseignement, à tous les niveaux et à tous les groupes d’âge.


Une carrière en Taekwon-Do

Plusieurs jeunes ne savent pas ce qu’ils veulent faire de leur vie, et souvent ils ne savent pas comment fonctionne la vie d’adulte. Même à l’université, plusieurs sont toujours à la recherche de la carrière idéale.

L’enseignement du Taekwon-Do est une carrière intéressante et pleine de défis. Un professeur de Taekwon-Do peut démarrer sa propre entreprise. Ils y trouveront des occasions de voyages dans différents pays. Mais avant tout, un professeur de Taekwon-Do gagne sa vie en accomplissant un travail permettant à leur clientèle de vivre une vie plus saine et plus heureuse.

Nous devrions donc encourager nos jeunes élèves à planifier une carrière comme professeur de Taekwon-Do. Ils peuvent commencer comme assistant-instructeur. Ensuite, à l’école secondaire ou à l’université, ils peuvent choisir des cours qui leur seront utiles dans leur carrière en Taekwon-Do, comme l’administration, l’éducation physique, la psychologie, le marketing, etc.

Un de mes objectifs est d’implanter un programme universitaire de formation d’enseignants spécialisés en Taekwon-Do quelques pays stratégiques à travers le monde. En général, les universités sont de plus en plus ouvertes à ce genre de programme. Du matériel de référence et des études scientifiques existent déjà. J’ai donc confiance que nous puissions réaliser cet objectif au cours des prochaines années.


Dans ma famille

Ma femme My Nguyen et moi avons trois enfants d’âge adulte. La pratique du Taekwon-Do leur a enseigné l’éthique de travail et la discipline personnelle pour réussir dans la vie.

Ma fille aînée Joliette a 32 ans et elle est ceinture noire 5e degré. Elle a une maîtrise en Administration de la santé publique et elle est ergothérapeute.

Elle me regardait m’entraîner dans le sous-sol de notre maison quand elle avait environ trois ans. Afin de susciter son intérêt, je lui demandais de m’aider. Par exemple, je lui faisais tenir un verre de plastique sur sa tête, en lui demandant de rester immobile, pour ensuite le faire tomber avec un coup de pied précis. Joliette trouvait ce jeu très amusant.

Quand elle est devenue un peu plus vielle, je l’emmenais observer mes cours lorsque j’enseignais, et elle eut rapidement envie de commencer le Taekwon-Do.

Comme son frère et sa sœur, Joliette a commencé à participer très jeune à des activités de Taekwon-Do. Après avoir rencontré Joliette, François (qui est devenu son mari) a commencé la pratique du Taekwon-Do à son tour, et leur fille de deux ans les regarde s’entraîner régulièrement.

Récemment, Joliette a collaboré au développement du Basic Program for Teaching the Do, et elle a travaillé avec François pour l’organisation du Championnat du monde 2008 à Québec (Canada) en juin dernier. Francois a récemment complété sa maîtrise en administration des affaires.

Convaincus des bénéfices de la pratique du Taekwon-Do chez les jeunes enfants, elle et mon fils Nicolas, ceinture noire 4e degré, planifient de faire carrière ensemble en Taekwon-Do. Ils veulent ouvrir une école de Taekwon-Do qui portera une attention particulière au développement physique et mental des jeunes enfants et des adultes « bébé-boomers ».


Master Trân´s daughter Joliette free sparring in 1981

Donnez le bon exemple

Les instructeurs et les entraîneurs doivent toujours insister sur le bon comportement de leurs élèves. Ils devraient expliquer à ceux qui ne se comportent pas convenablement pourquoi leur façon d’agir n’est pas appropriée.

Évidemment, les instructeurs, les entraîneurs et les parents devraient toujours donner le bon exemple. Cela veut dire qu’ils devraient toujours faire preuve de chacune des attitudes que nous insistons nos élèves à développer : courtoisie, intégrité, persévérance, contrôle de soi et courage. Notre exemple les incitera à prendre de bonnes décisions et trouver le courage pour faire le bien malgré la pression et l’influence des autres.

Voici quelques exemples :

  • Si la Loi locale interdit la consommation d’alcool avant un certain âge (par exemple pour les moins de 18 ou 21 ans), les instructeurs, les entraîneurs et les parents ne devraient jamais leur en procurer ou tolérer qu’ils en consomment en leur présence.
  • Les instructeurs et les coaches devraient toujours faire preuve d’honnêteté et de courtoisie en compétition. Ils doivent encourager leurs élèves à donner le maximum. Bien sûr, les coaches veulent que leurs élèves gagnent, mais ils veulent aussi qu’ils jouent selon les règles. Personne n’aime perdre, mais il faut enseigner à nos élèves à apprendre de nos échecs.
    Si un instructeur ou un coach encourage son élève à tricher, quel effet cela aura-t-il sur l’élève? Éventuellement, il perdra le respect qu’il a envers son entraîneur et il perdra confiance en lui. Il est essentiel de leur enseigner à agir avec intégrité, et la meilleure façon de le faire est de donner le bon exemple.
  • Personne n’est parfait; les instructeurs et les coaches devraient donc faire preuve de leur volonté d’approfondir leurs connaissances et d’améliorer leurs compétences. Nous faisons tous des erreurs, et nous ne devrions jamais en avoir honte. En travaillant pour nous améliorer, nous faisons preuve d’humilité et nous donnons le bon exemple à nos élèves.

Nous savons tous que les amis sont très importants aux yeux des jeunes. Ils ressentent un grand besoin de ressentir leur appartenance à un groupe, et cela peut donner lieu à des situations regrettables. Mais si leurs amis sont impliqués dans le Taekwon-Do, le Taekwon-Do deviendra plus facilement leur mode de vie. Ils partageront les mêmes valeurs fondamentales et ils apprendront à composer avec les pressions malsaines de certaines mauvaises influences.

Aux instructeurs : souvenez-vous que les jeunes vous écoutent. Ils vous idéalisent et ils suivent votre exemple. Les professeurs de Taekwon-Do ont une responsabilité qui dépasse l’enseignement des techniques. Vous voulez sans doute les aider à réussir dans la vie comme au Taekwon-Do. Il est donc primordial que vous vous attardiez à approfondir vos connaissances sur la psychologie des jeunes et à développer des méthodes d’enseignement qui feront de vous un modèle pour eux.

De plus, nous devons aider nos jeunes à développer le leadership. La structure d’enseignement du Taekwon-Do fait intervenir le concept du développement personnel de Confucius, lequel se divise en quatre étapes : être, se comporter, faire et être un leader. Avec vos conseils, ils apprendront à devenir de bons leaders. Les élèves, les clubs, l’ITF et la communauté bénéficieront de l’attention que vous porterez à cet aspect.


Stimulez leur motivation

Les jeunes maintiendront leur motivation si les activités de Taekwon-Do sont dynamiques, s’ils aiment les entraînements et s’ils peuvent mesurer concrètement leur progression. Ils seront encouragés à continuer si les autres membres de leur famille participent ou démontrent de l’intérêt pour ce qu’ils font et si leurs instructeurs sont compétents et enthousiastes.

D’un autre côté, si les élèves s’ennuient pendant leurs cours, s’ils se fixent des objectifs irréalistes ou si leur instructeur les humilie devant le reste du groupe, ils vont rapidement se décourager et abandonner.




Photo courtoisie de NTN Trondheim TKD Klubb

En Norvège :

Lors de ma visite en Norvège l’an dernier, j’ai remarqué qu’il y avait un grand nombre d’adolescents à l’école de Maître Per Andresen (NTN). Je lui ai demandé qu’elle était sa recette, étant donné qu’il s’agit d’une clientèle difficile à garder intéressée.

Maître Per Andresen m’a expliqué qu’il s’efforçait à créer une ambiance qui est agréable pour les adolescents.

Plusieurs jeunes décident de commencer le Taekwon-Do parce qu’ils ont été éblouis par une démonstration. Ils sont très enthousiastes au début, mais lorsqu’ils obtiennent leur ceinture noire, il y a une période d’attente de 18 mois avant l’examen pour le 2e degré. Il est donc très important de les aider à se fixer des objectifs à courts et moyens termes pendant cette période.

Pour y arriver, Maître Per Andresen organise plusieurs activités (un magazine pour leur club, des fêtes à différentes occasions, etc.) et les élèves sont encouragés à emmener leurs amis à ces activités.

Maître Andresen fait aussi jouer de la musique, approuvée par ses jeunes, lors de ces activités, et parfois pendant certaines parties de cours. La bonne musique apporte de l’énergie au groupe.

Comme vous pouvez le constater, Maître Per Andresen utilise une approche très actuelle. Par conséquent, ses jeunes sont très motivés et ils sont heureux de participer aux activités du club.


Comme je l’ai mentionné dans un message précédent, notre club à Québec respecte les périodes d’attente pour les examens, mais nous évaluons toutes nos ceintures noires tous les six mois pendant ces périodes. Cette méthode fonctionne bien entre le premier et le quatrième degré étant donné qu’il y a trois formes à apprendre et à maîtriser. Des évaluations fréquentes aident les élèves à réorienter leur entraînement et à se motiver, ce qui leur donne de meilleures chances de réussir leur examen.

Nous aimons tous recevoir des éloges pour nos réussites, les professeurs devraient donc être généreux à l’endroit de ceux qui travaillent fort (il serait absurde de louanger ceux qui ne fournissent pas d’efforts). À notre club, nous avons eu du succès avec un programme de méritas mensuel pour souligner le bon travail de nos élèves, soit en compétition ou en examen, pour le respect du Credo et pour leurs résultats académiques.


En conclusion

Les jeunes représentent l’avenir de l’ITF, et nous travaillons depuis un certain temps sur des projets que devraient les intéresser.

Pour les enfants, un comité travaille sur le concept et le contenu d’une section « Le coin des enfants » sur le site Web de l’ITF. Le site est présentement destiné aux adultes, cette nouvelle section permettra donc de rejoindre et d’informer plus spécifiquement les enfants et leurs parents.

Pour les adolescents, nous allons instaurer un programme d’échange. Ce programme leur donnera l’opportunité de voyager, de rencontrer des élèves d’autres pays et de s’entraîner avec eux.

Le Taekwon-Do ITF offre beaucoup de bienfaits pour les élèves de tout âge, mais commencer jeune porte également son lot d’avantages.

J’encourage les parents, les instructeurs et les coaches de continuer à supporter les jeunes à vivre le mode de vie du Taekwon-Do.

Je crois sincèrement qu’un programme complet de Taekwon-Do – enseigné en conformité avec le programme de l’ITF et par des instructeurs compétents et renforcé par un support approprié des parents et de l’école – peut aider même les plus jeunes à grandir en étant forts et sains d’esprit, donc des gens qui travailleront à rendre leur société meilleure.


Bien à vous,

Maître Trân Triêu Quân
Président de l’ITF
7 novembre 2007

auteur:
date de: 2011-06-13 21:06:09
Nombre de lectures: 1137
  • Usuarios