Préambule

Général Choi Hong Hi a développer un système technique très complet qui a évolué au cours des années. Au début, il utilisait plusieurs mouvements similaires à ceux du karaté qui s’exécutaient de façon plutôt tendue. Les recherches de Général Choi et de ses élèves, ainsi que des études scientifiques, ont mené au système actuel, lequel est en constante évolution.

Les mouvements du Taekwon-Do respectent et fonctionnent avec les lois de la physique et du corps humain. C’est pourquoi la pratique du Taekwon-Do est excellente pour la croissance physique, la santé, l’agilité, la coordination et le développement d’une grande capacité mentale.

Le Taekwon-Do est pratiqué aux quatre coins du monde parce que les gens apprécient la structure d’apprentissage systématique utilisée par l’ITF.

Voici une brève explication de chacun des types d’entraînement. Des explications détaillées et illustrées se retrouvent dans l’Encyclopédie du Taekwon-Do.


Mouvements fondamentaux

Il y a plus de 3000 mouvements fondamentaux en Taekwon-Do, et Général Choi en était très fier. Ces mouvements sont des éléments de base qui peuvent être comparés à des notes de musique : quand ils sont reliés entre eux, ils produisent des résultats harmonieux.

Ces mouvements fondamentaux se servent de toutes les parties du corps et sont exécutés en harmonie avec la théorie de la puissance. Les élèves doivent pratiquer ces mouvements sur une base régulière avec l’objectif de tous les maîtriser, tant les mouvements d’attaque que de défense, dans le but de pouvoir les utiliser efficacement lorsque nécessaire.

Lors de la pratique des mouvements fondamentaux, l’élève doit s’assurer d’utiliser la bonne technique, de démontrer l’équilibre, la coordination et une bonne finition.

Général Choi a noté que les élèves négligeaient la pratique des mouvements fondamentaux. Par conséquent, il les encouragea à le faire avec assiduité et de créer leur propre répertoire de mouvements fondamentaux.


Formes

Général Choi Hong Hi a développé 24 formes pour le Taekwon-Do. Il a choisi le chiffre 24 pour correspondre avec les 24 heures d’une journée, un cycle qui se répète continuellement et qui représente l’éternité. Il a nommé chaque forme (excepté Chon-Ji) en l’honneur de personnages importants dans l’histoire de la Corée. C’est la façon qu’il a choisi de nous rappeler l’importance d’honorer ceux qui ont qui ont accompli de grandes réussites. Pour certaines formes, le diagramme et le nombre de mouvement ont aussi une signification précise avec le nom de la forme.

Les 24 formes sont introduites graduellement au fur et à mesure que les élèves progressent et elles sont bénéfiques pour tous les groupes d’âges et niveaux de ceinture. Les formes doivent être exécutées de façon fluide et précise; l’allure générale doit être harmonieuse.

En pratiquant les formes avec discipline, l’élève améliore sa mémoire, sa concentration, sa force musculaire, sa coordination et son équilibre. De plus, il doit s’efforcer d’exécuter les formes au meilleur de sa capacité. Comme il est expliqué dans la section des mouvements fondamentaux, les techniques de l’ITF ont beaucoup évolué. D’importantes modifications sont apparues quand Général Choi a introduit le mouvement de vague, un concept pour générer de la puissance par la relaxation des muscles, la respiration et la rotation des hanches. De plus, Général Choi a beaucoup insisté sur l’importance d’avoir des positions solides et gracieuses. Une description précise des 24 formes se trouve dans l’Encyclopédie du Taekwon-Do.

Une forme en Taekwon-Do est une séquence chorégraphiée de mouvements fondamentaux. Il s’agit donc d’un combat contre un ou des adversaires imaginaires. L’exécution des mouvements vise l’application de la théorie de la puissance. La respiration génère de l’énergie interne, ce qui augmente la puissance. Si nous comparons les mouvements fondamentaux à des notes de musiques, les 24 formes deviennent des mélodies.

Afin de vous sensibiliser à l’importance de la compréhension de la philosophie derrière l’enseignement des formes de l’ITF, voici une courte introduction à trois des 24 formes :

Chon-Ji



Chon-Ji est la première forme que l’élève apprend. Traduit littéralement du Coréen, Chon-Ji signifie ciel et terre. Cette forme nous rappelle que nous, les humains, ne sommes qu’un des éléments qui forment l’univers, d’où l’importance de vivre en harmonie avec l’environnement et avec les lois universelles comme l’équilibre entre le Yin et le Yang.

Dans l’Encyclopédie du Taekwon-Do, Général Choi décrit Chon-Ji en 19 mouvements précis.

Dan Gun



Dan-Gun est la deuxième forme dans le système de l’ITF. Elle fut nommée en l’honneur de saint Dan-Gun qui, selon la légende, a fondé la Corée en 2333 avant J-C. Le diagramme de la forme représente l’élève et l’érudit. Au Moyen-Age, les érudit formaient l’élite de la société coréenne. Les élèves devaient donc démontrer le même dévouement pour leur art.

Po-Eun



Po-Eun est une forme plus avancée et est introduite quand l’élève atteint la ceinture noire 1er degré. Elle est nommée d’après Chong Mong-Chu, un poète coréen du 13e siècle, célèbre pour son poème « Je ne servirais jamais un deuxième maître, même si je devais être crucifié cent fois ». Il fut aussi une des pionniers des sciences physiques. Général Choi a choisi ce nom et ce diagramme en forme de « 1 » pour signifier l’importance de la loyauté.


Combat

Le Taekwon-Do étant un art d’autodéfense, la pratique de l’application des techniques sur de vrais adversaires est très importante. En fait, le combat est un bon outil pour vérifier les aptitudes de l’élève.

Le combat est indispensable pour l’élève qui veut progresser. Pendant le combat, l’élève met à l’épreuve les techniques apprises et, avec la pratique et l’expérience, peut apprendre à reconnaître et anticiper les tactiques de l’adversaire. Le combat permet de développer le contrôle de soi, la confiance et le courage.

Il y a deux types de combat : le combat pré arrangé et le combat libre.

  • Combat pré arrangé ::
    Le combat pré arrangé est planifié à l’avance par les deux partenaires. Ils se mettent d’accord sur le nombre de pas, les cibles, les armes corporelles à utiliser, etc. Il n’y a pas de contact : l’objectif est de développer le contrôle en arrêtant les techniques à quelques centimètre de la cible.

    Il y a trois niveaux de combat pré arrangé : les combats trois pas, pour les débutants, les combats 2 pas, pour les intermédiaires, et les combats 1 pas, pour les avancés. L’objectif est de permettre à l’élève de bien comprendre l’application des mouvements, de maîtriser la relation avec son partenaire en ce qui a trait à la distance et aux positions, de développer de bons réflexes et de conditionner des réponses instantanées dans un but d’autodéfense.
  • Combat libre ::
    Le combat libre n’est pas pré arrangé. Il s’agit d’un combat où deux adversaires s’attaquent librement avec toutes les techniques permises. Afin de minimiser le risque de blessures, des équipements de protection doivent être portés. L’enseignent du combat libre commence à la ceinture jaune.

Selon les règlements, les attaques doivent s’arrêter juste avant d’atteindre certains points vitaux. Seuls les coups portés à deux centimètres des cibles permises sont comptabilisés. L’évaluation du combat libre se fait selon la précision, la vitesse, le timing, la distance et la qualité des techniques. L’équilibre, les blocages, les esquives et l’attitude sont aussi très importants.

Comme les deux adversaires ont la liberté de combattre à leur style, le combat libre amène l’élève à développer des stratégies d’attaque et de défense, tout en améliorant la vitesse et le timing. Comme le combat libre se déroule sans arrêt pendant un ou deux rounds, la condition physique devient un facteur important.

Les compétitions de l’ITF ont leurs propres règlements. Les techniques de pieds et de mains sont permises. Les bons combattants savent varier et combiner les techniques. Les combinaisons et les coups de pied sautés peuvent être très spectaculaires.


Cassage

Le cassage fait parti du programme pour les promotions aux grades et aux degrés supérieurs à parti de ceinture verte, et fait aussi parti des épreuves de compétition pour les ceintures noires.

Un des objectifs du cassage est de permettre à l’élève de développer la confiance. Un cassage démontre que l’élève maîtrise la technique et qu’il peut développer un maximum de puissance.

Le cassage de puissance démontre l’efficacité de la technique, la précision et la puissance.

Les techniques spéciales combinent une performance athlétique et l’exécution parfaite de la technique. Ces techniques sont des coups de pied sautés et sont très spectaculaires. L’emphase est mise sur la hauteur et la distance des sauts.

La pratique de ces techniques doit être sécuritaire pour minimiser les risques de blessures.


Autodéfense

Toutes les techniques de Taekwon-Do ont pour but l’autodéfense. Elles ne sont pas destinées pour attaquer, à l’exception de certaines situations où l’élève est en danger ou s’il doit protéger quelqu’un. Toute autre utilisation de ces techniques doit être considérée comme un assaut.

Pour des fins de sécurité, les compétitions interdisent l’utilisation des techniques de coups de coude, de genou, de tête, ou toute technique en bas de la ceinture.

Néanmoins, ces techniques additionnelles peuvent être très utiles dans certaines circonstances comme lors d’une agression par un adversaire armé ou si vous vous trouvez dans une posture désavantageuse. Il faut donc travailler ces techniques régulièrement. Une fois maîtrisées, ces techniques sont très utiles dans des situations de réel danger.

Le Taekwon-Do offre des techniques réalistes et efficaces pour un bon système d’autodéfense. Consultez la section Information > Plan du site.

  • Usuarios